coupdetheatremarseille.blog4ever.com

coupdetheatremarseille

Accorder au présent

0 appréciations
Hors-ligne
Voilà j'y suis ! Les premières phrases se délivrent de mon imagination qui les tenait prisonnières... . Les mots ne veulent pas chercher un sujet particulier, ils désirent seulement s'enchainer et exprimer l'envie de s'épanouir !
Depuis bien trop lontemps je suis las de ne pas vouloir me lancer, la crainte de ne pas savoir quoi écrire commence à s'évaporer. Je ne cherche plus à comprendre, cela me fait du bien de déployer mes ailes et de survoler la vaste étendue du monde littéraire. Je ne suis pas fait pour cela pourtant c'est étrange. Et malgré tout, je ressens le besoin de vous raconter mon histoire.

I do what I want

0 appréciations
Hors-ligne
Oui, ma drôle d'histoire avec les mots...

On n'a pas toujours été copains eux et moi. Sans doute, nos routes se sont-elles toujours croisées, mais on se regardait en chiens de faïence, avec l'envie de faire quelque chose ensemble, mais avec la peur de m'enfermer dans une prison de lettres ou d'être chassé de la communauté humaine, et la méfiance que les mots ressentaient à mon égard.

Les mots, je les ai entendus souvent quand j'étais dans le ventre de ma mère. Alors que je me baignais comme chaque jour dans ma piscine amniotique, ça causait au dehors, je veux dire : derrière la paroi de peau. Une voix grave parfois et souvent une autre très douce qui s'adressait à moi, puis je sentais deux épaisseurs de chaleur caresser mon habitation de chair (j'ai appris plus tard qu'il s'agissait des mains de ma mère).

Ces mots, je les retenais par coeur. Je me souviens de :" ça va mon bébé ?". Et quand je m'agitais, c'était : "Calme-toi mon Ange" et les deux épaisseurs de chaleur s'en venaient caresser ma maison. IL y avait encore :"Bientôt tu seras là, mon bébé !". je ne comprenais pas trop, car j'étais déjà là. C'est après que j'ai compris qu'elle parlait d'un changement atmosphère, et pas qu'un...

En effet, quand je suis sorti du ventre de ma mère, avec ce bonheur de la voir enfin, au moment où elle m'a pris dans ses bras, j'ai crié : " Je suis là Maman ! tu vois, tu m'attendais. Maintenant, je suis avec toi."
Elle a poussé un grand cri. La sage-femme s'est évanouie. Il y avait beaucoup de lumière et mon eau de piscine avait disparu. Plein de monde est arrivé. ça hurlait de partout. J'ai eu peur, on me regardait comme si je n'étais pas un bébé. Certains osaient à peine me toucher, comme si j'étais un monstre. Quelq'un a dit "Il a parlé". je ne voyais pas ce qu'il y avait de si anormal puisqu'on m'avait déjà parlé pendant neuf mois. Je croyais faire plaisir. Mes trois malheureuses petites phrases avaient déclenché le branle-bas de combat.

J'ai osé un :" Ben qu'est-ce qu'il y a ?".
Alors là, ça a été la panique générale, pire qu'une bombe atomique.

Cette expérience m'a appris à me méfier des mots. Je n'ai plus parlé pendant de longues années.
Quant à exprimer mes sentiments, mes pensées intérieures....
Heureux les fêlés parce qu'ils laissent entrer la lumière...

0 appréciations
Hors-ligne
... je n'y songe plus, du moins plus verbalement. Mes gestes, mon regard, mon attitude, sont les seuls traducteurs de mes pensées profondes. Voilà maintenant bientôt 20 ans que les gens croient que je suis muet, seul mes parents et ceux qui étaient présents lorsque je suis sorti du ventre de ma maman savent que j'ai une langue... .
J'entends souvent parler de phénomène scientifique, de révolution, d'histoire pour la science, ces mots me font peur j'ai l'impression d'être une bête dans une cage que l'on considère depuis ma naissance ! Mais si il y avait que cela...

J'ai découvert une chose étonnante lors de ma majorité, un sorte de pouvoir surpuissant qui se serait emparé de mon corps le temps d'un instant comme si c'était pour me signaler que quelque chose changé en moi.
Depuis lors, je ressens des envies, j'apprends plus facilement les choses. Un test de QI m'a prouvé que celui ci a évolué de manière surprenante durant ces deux dernières années et pourtant je ne travaille pas plus qu'un autre ! Comme un serpent en train de muer, je suis en train de refaire mon identité mais paralysé par la peur de faire sortir à nouveau des mots de ma bouche, me voilà alors pris au piège... .
I do what I want

dommage que tu n'essaies pas d'affiner ce fichu caractéres....ne sois pas immbu de ta personne...sort le mike qui sommeille en toi, simplement

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser